Avertir le modérateur

30/06/2008

Entretien avec la Police : "Mademoiselle, débrouillez vous toute seule"

1443573487.jpgJean François Delas a disparu le 1er Avril 2002 d'un hôpital à Thonon-les-Bains.

Il n'avait rien sur lui, aucun témoignage n'avait jamais été apporté. Le 20 Juin, après 6 ans sans la moindre information, un de ses anciens copains m'a contactée pour m'informer qu'il avait parlé avec lui en 2003.

Le week-end n'a pas été très facile, grosse déprime à cause du travail... Mais il fallait que je me reprenne pour Jean François...

Alors, je me suis décidée vers 14h à décrocher mon meilleur ami, mon téléphone...

Centres d'hébergement de Haute-Savoie, la liste est vite faite... Il y en a peu.

J'ai fait le tour assez rapidement et, à part tomber sur des dames, pas très aimables et assez aigries, qui m'ont envoyée ballader, je n'ai obtenu aucun renseignement.

Normal: les personnes qui y vivent sont majeures et me divulguer le moindre renseignement serait une atteinte à leur vie privée.
De plus, il semble falloir des papiers pour y entrer.

Je tombe quand même sur une dame compatissante qui m'avoue qu'elle a eu le même problème quelques années auparavant, qu'elle comprend mais qu'elle ne peut rien pour moi.
Même s'il était là, les informations sont confidentielles....
Elle me dit de voir avec la
police, que eux pourront demander ce qu'ils veulent donc, qu'il faut que je les informe des endroits où Jean-François pourrait se trouver.

Ok... C'est vrai que ça ne m'a pas effleuré l'esprit de mettre la police au courant des derniers rebondissements de cette affaire.

J'appelle donc au commissariat de Thonon.

Après quelques minutes à patienter, sans musique d'attente, ce qui m'a permis de savoir ce que la personne de l'accueil avait prévu pour son week-end, mon appel est transféré dans le bureau des disparitions.

Une dame, qui ne se présente pas, décroche. Le nom de Jean-François Delas n'évoque rien chez elle. C'est pourtant elle, me dit-elle, qui s'occupe des disparitions et des recherches dans l'intérêt des familles.

Là... Frayeur... Claudie, la maman de Jeff, est allée 2 jours plus tôt faire une RIF (Recherche dans l'Interêt des Familles, derniers recours vu que le dossier est clos).

La dame : - "Non non, j'ai rien Mademoiselle"
Moi : - "Vous êtes certaine? Madame Delas a fait une RIF dans la semaine, j'ai un exemplaire sous les yeux!"
Elle : - "Non, j'ai rien, attendez je regarde mieux.... Ah.... Si.... Je l'ai, ahhhh... oui.... Mr Delas, j'avais oublié, c'est moi qui ai transféré la RIF hier...."
Moi : - "Vous aviez oublié? Vous avez beaucoup de disparus à Thonon?"
Elle : - "Non pourquoi?"
Moi : - "Ben vous avez déjà oublié Jean-François en 2 jours?"
Elle : -"C'est la fin de semaine vous savez..."

Un peu décontenancée, je lui fais part de la nouvelle, quelqu'un a vu et a parlé avec Jean-François à
Chambéry, l'année d'après sa disparition etc etc....

Elle : - "Oui et??????"
Moi : - "Et bien, je me suis dit que vous aimeriez le savoir afin d'orienter les recherches."
Elle : - "Les recherches? Y a pas de recherche Mademoiselle, il a pas de papier, alors on recherche pas dans ces cas là!"
Moi : - "Mais la RIF, elle sert à quoi alors?"
Elle : - "Elle sert s'il fait quelque chose de grave, si on l'arrête et, s'il veut bien donner son nom, on lui dira que sa famille le recherche, c'est tout."
Moi : - "Vous ne contrôlez jamais les marginaux en ville?"
Elle : - "Non, et vous, on vous contrôle souvent dans la rue?"
Moi : - " Non mais..."
Elle : - " Ben eux, c'est pareil, me coupe-t-elle, on ne les contrôle pas pour rien et puis s'ils veulent pas dire leur nom, qu'ils n'ont pas leurs papiers, on peut rien faire!"
Moi : - "Et bien, ça sert à quoi de faire une RIF dans ce cas? Vous n'allez pas aller dans les foyers d'hébergement? Pas transmettre cette info à Chambéry, ni aux associations qui peuvent être en contact avec les personnes qui vivent dans la rue?"
Elle : - "Ça sert pour les gens normaux Mademoiselle, mais là, votre Jea- François, s'il n'a pas envie d'être retrouvé, il faut le laisser. Va falloir vous débrouillez toute seule parce que nous, s'il ne se fait pas remarquer, on l'arrêtera pas."

Je mets un terme à la conversation. La RIF, c'est pour les gens "normaux" mais dans le cas de Jeff, ça ne sert pas à grand chose donc...

Je vais appliquer le conseil de cette personne, je vais me débrouiller seule.

Comment?

Je ne sais toujours pas.

26/06/2008

Disparition de Jean François Delas : Maintenant je sais qu’il est en vie

551935021.jpgRappel : Je recherche Jean François disparu mystérieusement, depuis le 1er Avril 2002, d'un hôpital à Thonon Les Bains. Le Vendredi 20 Juin, un appel d'un de ses anciens copains qui ignorait sa disparition fait renaître l'espoir en nous...

24h de réflexion(s) ...

C'est ce qu'il me fallait, c'est pour cela qu'hier, je n'ai rien posté contrairement à mon habitude.

Mercredi matin, j'ai encore eu XX au téléphone (le copain de Jean François), il fallait que je lui pose de nouvelles questions.

Pas évident pour ce jeune homme, lorsqu'il a parlé à Jeff, il ignorait que nous le recherchions, donc, ces quelques minutes de discussions n'avaient aucune raison de rester gravées dans sa mémoire.

Pourtant, ses infos ont été capitales, elles me permettent de savoir que Jean François est bien sorti vivant de l'hôpital et, qu'il n'a pas fait de mauvaise rencontre au moment où, il pouvait être le + vulnérable.

Bien sûr d'avoir la certitude qu'il est en vie est formidable pour moi, après les larmes de joie, le manque de sommeil, l'annonce de la « bonne nouvelle » vint le temps de la grande réflexion...

Donc, la disparition de Jean François n'est plus une disparition inquiétante mais volontaire.

Ca fait toute la différence, c'est donc un choix de sa part.

Deux possibilités s'offrent à moi maintenant, pour comprendre les gens en général, j'essaie d'inverser les rôles, de me mettre à leur place, c'est ce qu'hier j'ai essayé de faire afin de savoir quelle attitude adopter.

Soit je pars du principe que c'est son choix et qu'un choix ça se respecte.

Soit je continue à le chercher et, j'essaie de comprendre pourquoi il en est arrivé à prendre cette décision qui semble irrémédiable.

Dans ma vie de tous les jours, j'opterais facilement pour la 1ère solution, je ne suis pas du genre à m'imposer, à faire du forcing auprès des gens. Je suis quelqu'un qui respecte les décisions dse autres même si, perso, je ne suis pas d'accord.

Je devrais donc en théorie, laisser Jean François tranquille vivre la vie qu'il a choisie mais, au final, j'ai décidé de continuer à le rechercher.

Pourquoi ?

Pour savoir s'il va bien, si 6 ans après, il assume toujours ce choix, si la peur de notre réaction l'empêche de revenir, s'il est dans son état normal, mais surtout, si je le fais, c'est pour Claudie.

Pour lui donner l'occasion d'avoir une conversation avec son fils unique, pour que, si telle est réellement la décision de Jeff, elle puisse après, faire le deuil de cette relation gâchée.

728918494.jpgXX m'a donc appris quelques petites choses qui pourraient m'aider à avancer :
- Jean François avait un nouveau tatouage, à la jambe gauche, 1 tribal différent de celui qu'il a à la jambe droite (XX a visionné les photos de Jeff, et il en est certain).

- Leur rencontre doit dater de l'été 2003 ou 2004, il faisait très beau, Jeff était en bermuda.

- Il avait les cheveux coupés très très courts (quoiqu'en 6 ans, ce genre de détail peut facilement changer).

- Il avait quelques kg en plus que sur les dernières photos que j'ai de lui (pareil ça, ça fluctue facilement).

- XX se souvient d'une voiture bleu foncée, peut être 1 break.

- La fille qui l'accompagnait, qu'il a présenté comme sa petite amie avait des tatouages apparents et 1 look un peu marginal.

- Elle semblait être de Chambéry (lieu de la rencontre entre XX et Jeff).

Voilà, donc je dois en conclure que vue que Jean François n'a jamais refait faire de papier, qu'il doit vivre de manière marginale.

Pas de papier = pas de travail = pas de logement donc, peut être dois-je chercher dans la rue.

Le soir, quand je vais au boulot, je croise, au centre ville, des groupes de jeunes, bien souvent avec des chiens...

Ils écoutent de la musique, font plus ou moins la manche, boivent, fument etc...

Je ne vous cache pas que la perspective d'imaginer Jean François vivre ainsi ne m'enchante guère.

C'est dingue, maintenant que je sais qu'il est en vie et que je pense savoir de quelle manière il vit (enfin disons qu'aucune autre manière ne me vient à l'esprit), je me sens encore plus peinée qu'avant.

Je me suis heurtée à la Police qui refusait de m'aider lors de sa disparition, je me suis heurtée à l'indifférence des médias qui me répondaient que mon sujet n'était pas assez médiatique, je me heurte aussi souvent à l'indifférence des gens, aux jugements quand je leur expliquais comment et pourquoi il s'était retrouvé à l'hôpital, alors maintenant qui va m'aider ?

La marginalité, je ne connais pas.

Je sais juste que ces personnes se déplacent de ville en ville, vivent de manière non traçable, que leur manière de vivre ou de se comporter n'attire pas la sympathie, que tout le monde les voit sans jamais vraiment les regarder, alors moi, toute seule, comment vais-je faire.

Je me sens désemparée maintenant.



24/06/2008

Disparition de Jean François Delas : 1 témoignage capital !

Vendredi, la ligne de Jean François a sonné, j'ai sauté sur le téléphone en pensant à 1 blague (encore...).
Le numéro s'affichait, rare... d'habitude c'est caché.

Je décroche, un jeune homme se présente, c'est 1 ancien copain de Jeff, appelons le XX.

Il ne savait pas que Jean François avait disparu, il vient de voir une affiche à Thonon les Bains (cool elles y sont encore)...

Et là, il me dit qu'il n'a pas disparu en 2002, qu'il l'a croisé à Chambéry, qu'il a discuté avec...

Là... bien sûr... je craque, les larmes coulent (en silence, je pleure avec dignité quand même moi ).

La 1ère question, c'est "QUAND???????".

XX a du mal à situer exactement son souvenir: "2003/2004", ça ne date pas d'hier....

Il avait l'air d'aller bien, il était accompagné d'une fille, sa petite amie, enfin il l'a présenté comme cela, elle est de Chambéry à priori.

Le doute s'installe dans ma tête, Jeff a vécu à Chambéry avec son ex jusqu'en 2000...

Non, non, c'était après 2002, ce jeune homme semble en être sûr, il rassemble ses souvenirs, il faisait beau... il avait terminé son année d'Ecole de Commerce à Paris...

- "Elle a été terminée quand cette année d'Ecole?"
- "Octobre 2002".

XX a un vague souvenir de voiture foncée, bleue peut être... un break...

Et la fille?

Pas de souvenir précis, un look détendu, un peu marginal, des tatouages visibles...

L'ex de Jean François est 1 belle femme à qui on attribue pas le mot "marginal" et, elle n'a pas de tatouage apparent (ne voyez rien de péjoratif dans mes propos, j'ai 4 tatouages apparents, fort apparents, même en hiver... et j'ai 1 look plutôt cool...).

On se rappelle plus tard, XX va essayer de situer plus clairement la période à laquelle il a vu Jeff.

Oui XX, rassemble tes souvenirs que je puisse me rouler par terre...

A suivre...

 

Disparition de Samuel Chapet : Il était au camping!

1440606408.jpgPrès de deux semaines d'enquête pour en arriver là ! Samuel Chapet, un jeune qui n'avait plus donné de nouvelles à ses proches, a été retrouvé. En bonne santé. Dans un camping d'Arcachon où il séjournait tranquillement.

Pendant plusieurs jours l'affaire a fait la une de nombreux médias bourguignons - mais pas de «creusot-infos» -... Signalé disparu depuis le 10 juin, une jeune homme de Beaune en Côte-d'Or n'a pas été assassiné, pas plus qu'il ne s'est suicidé. Heureusement !

Ce jeune de 26 ans, originaire de Beaune, a été localisé dans un camping d'Arcachon, où il se serait rendu après un différend familial. Ce dont il avait, bien évidemment, parfaitement le droit.
Le Parquet de Dijon, qui avait ouvert une information judiciaire, a annoncé la nouvelle ce lundi après-midi. Un dénouement presque cocasse au regard de la mobilisation de la Police et de la Police Judiciaire de Dijon.
La seule question qui s'impose aujourd'hui est de savoir si ses proches, qui avaient donné l'alerte, avaient évoqué le différend familial avec les enquêteurs. Car si tel n'a pas été le cas, ils pourraient le cas échéant s'exposer à des poursuites pénales... Le garçon n'encourt lui aucune responsabilité pénale. Normal ! Quand on a 26 ans, on n'est pas forcément obligé de dire à papa et à maman où l'on s'en va. Surtout après une dispute !

SOURCE CREUZOT INFOS



Avant que ce post ne soit trop lu et commenté, je tiens à préciser que j'apporte tout mon soutien à la famille de Samuel.

Comme vous avez dû le lire, elle a omis de signaler une "dispute" qui serait la raison de la distance que Samuel a décidé de prendre.

Ils ont à mon avis raison de faire l'impasse sur ce détail.

Pourquoi? Parce qu'à cause de ce détail, Samuel n'aurait pas été recherché, peut être à tort.

Quand on signale 1 disparition, si la personne n'est pas dépressive ou suicidaire, il est très difficile de se faire entendre, la Police vous éclate de rire à la figure et c'est très dur.

Regardez Fatima, pleine de vie, heureuse, pas de raison de disparaitre = 10 jours avant que les médias en parlent à 1 niveau national.

De +, à la décharge de la famille de Samuel, il y avait ce témoignage d'un cri entendu et d'un démarrage sur les chapeaux de roue... de quoi vous retourner le cerveau, vous faire craindre le pire et omettre une petite querelle qui leur a peut être paru insignifiante.

Avec les disparitions, c'est le coup de poker, soit c'est volontaire, soit c'est 1 crime ou 1 enlèvement, il n'y a pas de juste milieu.

Alors j'estime qu'il vaut mieux chercher quelqu'1 à tort que de chercher 1 cadavre.

Contrairement à l'histoire de Julien Rossi qui simulé consciemment sa disparition plongeant toute sa famille dans l'angoisse et, jouant sur la corde sensible de la piste des sectes, discréditant ainsi toutes les autres disparitions, Samuel, lui, ne l'a pas fait délibérément.
Tout comme sa famille qui a été honnête dans son inquiétude.

Je peux comprendre que Samuel soit peut être géné de voir sa photo partout et sa vie médiatisée, mais moi j'y vois 1 grande preuve d'amour de la part de sa famille, ni plus, ni moins.

Quand je fais tout ça pour Jeff, des fois, je me demande qui me chercherait si je disparaissais (à part mon travail parce que je bosse de nuit et que pour me remplacer c'est la croix et la bannière...)?

Tout ça pour dire aux futurs candidats à la disparition inquiétante, que si vous voulez couper les ponts avec vos proches, dites leur simplement et partez...

Sinon vous risquez de faire la "1" de 20 Minutes et de m'entendre 1 fois de + m'indigner...


J'espère quand même que Samuel aura passé de bonnes vacances à Arcachon ;-))))

Disparitions : Julien Rossi a voulu faire croire à 1 enlèvement!


169712367.jpg

« J'allais d'hôtels en hôtels et je réfléchissais » explique Julien Rossi, retrouvé samedi matin sur une plage de Menton. Il a erré, à pieds, entre Nice et Menton pendant treize jours.

«Je ne voulais pas que l'on sache que j'étais parti de moi-même. J'ai tout inventé pour faire croire à un enlèvement. »

Joint, hier soir, au téléphone, Julien Rossi a du mal à expliquer sa fugue, qui aura duré treize jours entre la Meurthe-et-Moselle et la Côte d'Azur, du 9 au 21 juin (voir nos éditions précédentes).

Une période qui lui a permis de faire le point sur sa vie. L'homme hagard que les policiers mentonnais avaient retrouvé sur la plage samedi, a été entendu par la Sûreté départementale à Nice et des psychologues, avant d'être relâché en soirée.

Ses proches sont immédiatement venus le récupérer en voiture. À l'issue de son audition à la caserne Auvare, aucune charge ne semblait être retenue contre lui.

Le jeune père de famille de 26 ans va maintenant pouvoir se reposer auprès des siens. Il revient sur sa mystérieuse disparition.

- Qu'avez-vous fait pendant toutes ces journées où l'on n'avait plus de nouvelles de vous ?

Je marchais sans but précis, j'allais d'hôtels en hôtels et je réfléchissais. Je n'ai même pas profité de la plage. J'avais juste avec moi deux ou trois affaires de rechange. Je voulais simplement faire un break dans ma vie et revenir.

- Pourquoi avoir choisi la Côte d'Azur ?

Je ne sais pas, une idée comme ça. Je suis allé à pied en Italie. Mais à Vintimille, je n'ai pas pu rester à l'hôtel, car je n'avais pas mes papiers d'identité. J'ai dormi à Nice, Cap-d'Ail et finalement Menton.

- Comment vous sentez-vous aujourd'hui ?

Je suis fatigué, mais soulagé. Cela m'a permis d'avancer dans ma réflexion et de faire le point. Je redescends sur terre, je vais me reposer au calme et voir ma fille de deux ans.

- Ces scarifications et cette lettre laissée à votre famille où vous parliez de secte ?

C'était inventé : j'ai écrit cette lettre et je me suis fait ces scarifications pour faire croire à un enlèvement, c'était fait exprès.



Propos Recueillis Par Nice Matin

22/06/2008

Disparition de Samuel à Beaune : Le Temps des rumeurs

Après l'inquiétude et l'incompréhension, c'est désormais le temps de la rumeur à Beaune concernant la disparition de Samuel Chapet. La rumeur, ou plutôt les rumeurs. Depuis deux jours, elles enflent, se répandant à travers la ville et dans les villages alentours. Alors que les avis de recherche du disparu s'étalent dans toutes les vitrines et à chaque coin de rue, les spéculations font désormais place aux interrogations du début, que ce soit aux terrasses des cafés ou sur internet.
Il y a ceux qui montent des scénarii dignes des meilleurs polars, ceux qui en savent plus que la police et ceux qui détiennent « le » scoop : c'est sûr, le jeune homme a été retrouvé ! A chaque fois, c'est une source à 100 % fiable qui a raconté à l'ami d'un ami qu'elle avait vu les policiers au travail. A chaque fois, les détails sont de plus en plus précis. A chaque fois, le bouche à oreille s'empare de l'histoire et en fait une vérité absolue.
Mais à chaque fois, ce n'est que du vent. Des fausses pistes, de plus en plus fantaisistes, qui n'ont aucun fondement.

Car les faits, eux, sont beaucoup plus terre à terre et tiennent en trois mots : rien de nouveau.

A l'heure d'aujourd'hui, Samuel Chapet n'a toujours pas réapparu. L'hélicoptère de la gendarmerie a sillonné le ciel côte-d'orien durant toute la journée d'hier, sans résultat. Cette présence constante contribue d'ailleurs peut-être à faire travailler les imaginations. Les « révélations » sur Samuel Chapet suivent souvent à peu de chose près le passage de l'engin au-dessus d'un lac, d'une route, d'une vigne, d'une forêt, d'une gare...
Fabien Chapet, le frère de Samuel, est quant à lui toujours dans l'attente. « On n'a absolument rien. Les policiers m'appellent encore pour me poser quelques questions, mais je ne les ai pas tous les jours au téléphone. On leur fait bien sûr totalement confiance pour les recherches. De mon côté, j'écoute les gens, j'essaie de trouver des pistes, je diffuse aussi des messages sur internet, dans l'espoir d'avoir de nouveaux éléments. Mais jusqu'ici, je n'ai rien de tangible, pas de point de départ. »

Vendredi soir, le procureur de la République, Jean-Pierre Alacchi, précisait que toutes les hypothèses restaient ouvertes et que les enquêteurs ne privilégiaient pour l'instant aucune d'entre elles. « A l'heure actuelle, nous n'avons pas d'élément véritablement déterminant », ajoutait-il.
Pour mémoire, une information judiciaire a été ouverte mardi pour « disparition inquiétante ».

Samuel Chapet, âgé de 26 ans, a disparu à Beaune dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 juin. C'est en repartant de chez sa mère qu'il s'est évanoui dans la nature. Sa voiture a été retrouvée garée rue Philippe-Trinquet, avec les clefs et les papiers du véhicule. Une enquête de voisinage a permis de déterminer que des bruits de voix, suivis d'un cri, auraient été entendus dans la rue, à un horaire correspondant au planning du jeune homme ce soir-là.

Disparition Julien Rossi : Enlevé par une Secte selon ses déclarations

Porté disparu depuis 13 jours en Lorraine, il est retrouvé à Menton


«Il était dépenaillé et pas rasé. On aurait dit une cloche... » Les policiers municipaux de Menton ont d'abord cru voir un SDF quand leur patrouille a été hélée par un homme hagard, hier matin, devant une plage proche du centre-ville. Il était tôt quand la rencontre s'est produite. L'individu est allé vers eux clopin clopant en faisant de grands gestes. Avant d'avouer brutalement : « Je m'appelle Julien Rossi. J'ai été victime d'un enlèvement. Ils m'ont relâché ici, sur la plage. Aidez-moi ! »




Julien Rossi. Ce nom fait tilt. Les policiers réalisent que c'est celui d'un homme de 26 ans porté disparu depuis le 9 juin dernier en Lorraine. Soit depuis 13 jours. Un père de famille résidant à Longuyon, dans la Meurthe-et-Moselle, paysagiste de profession, et dont la fourgonnette a été découverte à Nice, le lendemain de sa disparition. Elle était stationnée devant la déchetterie Sainte-Marguerite, sur la rive gauche du Var.

Vaines recherches

Une équipe cynophile avait alors inspecté le site, les proches chantiers et terrains vagues. En vain. « Le chien n'a pas flairé de corps », nous avait confié sur place un employé de la déchetterie. Un de ses collègues avait découvert le véhicule utilitaire au logo « Rossi Paysage ». Une camionnette qui se trouvait devant le portail, à 5 heures du matin. Les clés de contact posées sur un siège.

Les policiers niçois avaient retrouvé à bord tous les documents administratifs du disparu. Avait-il estimé qu'il n'en aurait plus besoin ? Ses intentions étaient-elles suicidaires ?

Avis de disparition inquiétante

Les enquêteurs n'excluaient à ce moment aucune hypothèse. Ils décidaient même de lancer un avis de recherche pour disparition inquiétante d'autant qu'un autre élément les troublait. Une lettre, découverte au domicile du jeune paysagiste (notre encadré). Il y laissait entendre qu'il était « l'élu d'une secte ». Étrange... Mais pourtant conforme aux déclarations faites par Julien aux policiers mentonnais, en exhibant les scarifications qu'on lui avait fait subir. Des incisions sous la peau, qui revêtent parfois une signification ésotérique.

Un enlèvement par les membres d'une secte... C'est donc la version livrée par Julien Rossi pour expliquer sa disparition sur laquelle plane encore un épais voile de mystère. Les enquêteurs de la Sûreté départementale qui interrogeaient le jeune homme, hier, à la caserne Auvare, à Nice, se refusaient à toute déclaration. Mutisme également du côté du parquet où le procureur de Nice, Eric de Montgolfier, ne s'est pas montré plus loquace.

L'on sait juste que les policiers chargés de faire la lumière sur cette affaire sont très circonspects. Enlèvement, disparition volontaire, affabulation... Ils n'écartent aucune hypothèse.

21/06/2008

Disparition : Julien Rossi retrouvé!

Le mail vient d'arriver à l'instant, je vous le communique:

Bonjour Jess,
 
Je suis *****, je suis de la famille de Julien Rossi je voulais juste te dire qu'il a été retrouvé  ce matin. Je ne peux pas te dire pour l'instant ce qu'il s'est vraiment passé pour lui puisqu'on ne sait, mais je voulais te remercier pour avoir déposer son avis de recherche dans tes articles. Et je voulais te souhaiter bonne chance pour la recherche de Jean-François et en espérant que tes nombreuses démarches portent ces fruits.
 
Bonne continuation



 
Julien avait disparu lundi Matin, sa voiture avait été retrouvée à Nice.

La piste d'une secte avait été avancée...


Je suis contente et soulagée pour la famille Rossi.

Disparitions de Jean François Delas et des autres : Allo le Monde !

Voilà, je viens de finir ma toute dernière vidéo.

J'avoue que j'en suis très fière pour plusieurs raisons.

Cette musique explique bien ma position, mon incompréhension, et le monde actuel.

Mais surtout, cette vidéo intégre le visage d'autres personnes et cela est important car, même si je suis concernée par la disparition de Jean François Delas, je ne suis pas insensible à la douleur des autres familles.

Je ne sais pas comment les gens qui sont dans des situations similaires font, mais je pense que nous avons tous cette angoisse, cette impuissance mais surtout cette solitude en nous.

Alors je voulais dire par l'intermédiaire de cette vidéo que je pense aussi à eux....

20/06/2008

Disparition : Denis Plouhinec introuvable depuis le 10/04

Le Tricastin Denis Plouhinec a disparu depuis le 10 avril dernier.

Après plusieurs jours de recherches malheureusement infructueuses, la voiture de cet homme d'une cinquantaine d'années a été retrouvée le 22/04 sur la commune des Granges-Gontardes, sur un chemin un peu reculé.

Malgré l'important dispositif enclenché par la compagnie de Pierrelatte avec les gendarmes de Saint-Paul-Trois-Châteaux et Donzère, les deux pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) de Pierrelatte, un maître-chien et un hélicoptère venu de Dignes, l'homme n'a pas été retrouvé. 
Une trentaine de militaires avaient poursuivi les recherches et fait du porte-à-porte, en vain.

Denis Plouhinec est connu à Saint-Paul-Trois-Châteaux puisqu'il y tient un magasin d'optique.

Au moment de sa disparition, il était vêtu d'un pantalon foncé et d'un haut de couleur sable. Il porte des lunettes.

Toute personne ayant vu ou croisé cette personne ou encore étant susceptible d'apporter des éléments sur cette disparition est priée de prendre contact avec la gendarmerie de Saint-Paul-Trois-Châteaux par téléphone au 04 75 04 70 67.

Source le Dauphiné Libéré.

Espèrons que l'on retrouve cet homme au plus vite.
Je souhaite beaucoup de courage à la famille.


Personne ne semble s'inquiéter de l'augmentation croissante de ces disparitions?

1 pensée supplémentaire pour Jean François :



Disparition : Jean-Luc Athlani introuvable depuis le 27 Mai

Etant assez concernée par ce genre de faits, j'ai décidé de relayer à chaque fois ce genre d'informations.


 
La famille de Jean-Luc Athlani est folle d'inquiétude. Ce patient du centre de soins de Chantoiseau à Briançon a disparu le 27 mai dernier.
Atteint de troubles psychiatriques, cet homme de 52 ans, résidant à
Marseille, avait été admis trois semaines auparavant dans cet établissement pour un séjour de "post cure".
Le 27 mai, il est sorti en ville, sans prévenir l'équipe médicale, et n'est jamais rentré comme il aurait dû le faire en fin d'après-midi. Un témoin l'aurait aperçu alors qu'il sortait d'un bureau de tabac de Briançon après avoir acheté des cigarettes.
Jean-Luc Athlani avait très peu d'argent sur lui au moment de sa
disparition. Il ne connait pas la région où il venait pour la première fois. Il mesure 1,75 m, a les cheveux bruns et il porte des lunettes. Il porte souvent une casquette.
Toute personne l'ayant aperçu doit contacter le commissariat de police de Briançon au plus vite en téléphonant au 04 92 25 54 54.



Source: Le Dauphiné Libéré, le 17/06/2008



Quand ces disparitions vont elles susciter l'intérêt?

Combien encore vont disparaitre ainsi?

Courage à cette famille.





Disparitions Inquiétantes : L'heure de Vérité


Depuis hier soir, je suis révoltée.

Pourquoi?

Parce que je constate que rien ne change...

Ca empire!

Je trouve cela inacceptable.

La raison de cette révolte?

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais en 15 jours, trois hommes se sont volatisés!

Et?

Et chaque fois, 1
disparition efface 1 autre disparition!

Je vous assure que quand vous avez vécu cette douleur vous même, vous ne la souhaitez pas à autrui.

Et c'est exactement mon cas aujourd'hui.

Les mauvaises langues m'ont dit ici et ailleurs que Jean François était à l'hôpital, qu'il avait fumé des joints, donc qu'il méritait (et que par conséquent, en toute logique, sa maman et moi méritions aussi) ce qui lui arrivait.

Soyons fous! Ok, on le mérite!


Mais eux? Tous les autres?


Petit rappel :

Richard Delarrat avait disparu le 31/05, son corps a été
a été repêché sur les bords du Doubs, le dimanche 15 juin vers 18 h à la limite entre les communes de Beure et Besançon.

Pourtant, d'après ses proches, il n'avait pas d'instinct suicidaire, Responsable import-export aux Etats-Unis depuis un an, il était revenu en France quelques jours afin d'obtenir un visa de travail pour les USA.

Il s'était fait déposé par 1 taxi devant 1 discothéque...




Ensuite, le 13 Juin, c'est au tour de
Julien Rossi de disparaitre.
Le jeune paysagiste, installé à Longuyon (54) depuis 2 mois, reste introuvable. Son véhicule a été retrouvé abandonné à Nice, à 1.000 km de son domicile. A l'intérieur, ses papiers, la clef de contact, un téléphone mobile.
Mais il y a cette lettre manuscrite que l'épouse de Julien a retrouvée à son domicile après la disparition de son mari. Le document laisserait entendre que ce jeune homme a été recruté par un mouvement ésotérique : il serait « l'élu » promis à une destinée suprême.


Samuel Chapet, un jeune célibataire, n'a plus donné de nouvelles à ses proches depuis son départ le 10 juin du domicile de sa famille, à Beaune, où il était venu fêter l'anniversaire de son frère ainé. Son véhicule a été retrouvé le lendemain matin, quelques centaines de mètres plus loin, stationné normalement dans une rue de Beaune, la clef de contact toujours au tableau de bord. Décrit par sa famille et son entourage comme un garçon "tranquille et sans histoire", le jeune homme travaillait avec son père dans un commerce à Demigny, près de Chagny (Saône-et-Loire). Dijon.


(Détail qui n'a certainement pas 1 grande importance Jean François a fait des études aux Etats-Unis, Richard travaillait aux Etats Unis et Samuel revenait d'1 voyage aux Etats Unis)

Hier, j'ai pris l'initiative de contacter tous les réseaux de Transports Urbains des Villes de France.

Bordeaux, Marseille, Lyon, Lille, Caen, Dijon, Grenoble, Blois, Lens, Cherbourg, Tours, Montpellier, Toulouse, Pau et Bayonne ont déjà reçu ma proposition.

Quelle proposition?

1 plaquette de format A3, renouvellable tous les 2 mois, avec les photos des personnes majeures portées disparues. L'idée est que, dans chaque bus de France, 1 affiche soit collée pour que les gens voyent ces visages.

Le principe existe déjà pour les mineurs dans les gares, mais il concerne des disparitions souvent anciennes, où les photos sont retouchées, pour permettre aux gens d'avoir 1 idée du visage actuel de ces enfants.

Pour le financement, je vais trouver 1 idée car je risque de finir à la rue,..

Maintenant, il ne me reste + qu'à attendre les réponses des Villes...

Vont ils se sentir concernés par le sort des familles des victimes?

L'heure de vérité approche... 

18/06/2008

Les Disparus Volontaires en France...

 

 

Ce qui m'interpelle en France, ce sont les disparitions de majeurs.

On les dit "disparus volontaires" parce que leur âge leur permet de faire le choix de partir, mais qu'en est-il vraiment?

2,5 personnes par jour disparaissent sans qu'on ne les retrouve JAMAIS.

Les plus idéalistes me diront qu' "ils sont allés vivre ailleurs, qu'ils ont voulu couper les ponts".

Je dis "NON!!!!"!

Impossible!!!!

Des recherches sont faites, les comptes en banque épluchés, les portables sont tracés, les n° de Sécu étudiés, les administrations contactées afin de savoir si un renouvellement de papiers a été demandé... et aucune trace d'eux.

Alors, imaginons qu'ils ont changé d'identité, même si j'ai un gros doute sur cette éventualité, alors pourquoi personne ne les reconnaît jamais?

On change avec les années, certes, mais à ce point?

Alors, peut-être reste-t-il la thése de la rue, la marginalisation?

Eventuellement crédible.

Chaque année, en France, des personnes meurent et sont enterrées sous X, ils reposent au Cimetière parisien de Thiais pour 5 ans et sont ensuite incinérés sans que le moindre test ADN ne soit pratiqué.

Depuis 2002, 1200 personnes sont mortes dans la rue où l'espérance de vie est de 48 ans.

Et s'ils ne sont pas dans la rue? Où sont ils alors?

Les crimes parfaits existent-ils à ce point?

Parce qu'aucun corps n'est jamais retrouvé...

Ou peut-être sont ils là, si près de nous, comme Pierre-Michel SCHAEDLER?

Pierre-Michel SCHAEDLER avait disparu le 02 septembre 1996 à BISCHEIM (67), avec sa voiture...
En octobre 2007, le corps sans vie de Pierre-Michel a été retrouvé, il était au volant de sa voiture tombée dans le canal de la Marne au Rhin MARCKOLSHEIM (67)...
La voiture de Pierre-Michel n'était pas seule dans ce canal, 3 autres voitures ont été retrouvées dans le même secteur, plusieurs corps ont été retrouvés sans vie.

C'est grâce au passage d'un bateau équipé d'un sonar, que les voitures ont été localisées, les familles des personnes décédées se posent beaucoup de questions...

Mais 11 ans à se poser des questions, 11 ans à souffrir, est-ce normal?

Serait-il utile de sonder un peu plus souvent un canal, un lac, une rivière?

Un autre grand mystère en France, les disparitions des hôpitaux, des dizaines d'adultes majeurs disparaissent ainsi chaque année, pourquoi?

Dépressif? Atteint de maladie mentale? Ou autre? Ok...

Mais où sont-ils, que deviennent-ils? Et toujours la même question: pourquoi personne ne les aperçoit jamais?

Je cherche Jean-François Delas mais, je m'aperçois que tellement d'autres sont dans mon cas à souffrir en silence...

1710790193.jpg

13/06/2008

Afin que vous puissiez mettre 1 visage sur les "chercheuses"

692085004.JPG1120248263.jpg

+ de 400 mails aux Tatoueurs...

 1137492543.jpg

Je dois avouer que j'ai presque décidé d'abandonner...

Envoyer près de 400 mails après 1 nuit de travail, c'est chaud...

J'étais obliigée de visiter chaque site afin de trouver la rubrique "contact", certains ramaient grave, d'autres étaient introuvables, et puis de site en site, j'en trouvais de nouveaux qui n'étaient pas inscrits etc...etc...

Je dis 400 mais je suis sûre qu'ils sont largement dépassés...

C'est vraiment 1 travail de folle, je comprend aisément que tout le monde ne puisse pas en faire autant, j'ai la main presque morte ;-)

Je me rend compte que chaque minute de libre est consacrée à Jean François...

Enfin, ce qui est bien avec les Tatoueurs c'est que ce sont en général des gens en or, 1 peu comme 1 grande famille...

Certains ont déjà pris la peine de me répondre, négativement, certes, mais quand même...

Le Procureur, lui, a mis 6 ans...

D'ailleurs, pour les gens qui ont 1 ou des tatoos (c'est mon cas), vous avez déjà dû remarquer cette convivialité qu'ont les gens de cette profession (?), alors perso, je ne suis pas du tout surprise...

Jean François et moi avons cette passion en commun, peut être quelle me portera chance...?

Toutes les 5 minutes, 1 mail arrive... qui sait il se peut qu'1 d'entre eux soit positif....?

A suivre....

Le Tour de France des Tatoueurs...

Comme je ne compte pas baisser les bras, l'idée du jour, c'est le Tour de France des Tatoueurs...

Un lecteur  a eu la bonne idée de me laisser dans un commentaire la liste des tatoueurs où les sites y sont mentionnés...

Judicieuse idée qui va peut être me prendre beaucoup de temps mais, je pense que c'est 1 piste à explorer.

Alors je vais envoyer à chacun d'entre eux, 1 mail contenant l'avis de recherche de Jean François avec des agrandissements de ses tatoos.

On verra ce que cela donnera...

De toutes façons, dans la mesure où je n'ai aucun témoignage, aucun indice, j'ai plutôt intérêt à me creuser la tête chaque jour pour alimenter 1 post et faire avancer les choses.

J'ai prévu d'autres "Tour de France" mais tout ne peut pas se faire par le net, autrement dit, cela ne sera pas gratuit alors je dois faire preuve de patience...

A suivre...

997954841.jpg

08/06/2008

Aujourd'hui tu as 32 ans...

Voilà... On y est... le 8 Juin...

D'habitude, pour les autres, j'attends les 12 coups de minuit pour envoyer 1 sms, mais avec toi ce n'est pas pareil... pas possible...

Alors j'ai fait 1 vidéo... 1 de plus...

J'ai reçu 1 mail d'un site où je l'ai inscrit qui me rappelait que c'était l'anniversaire de Jeff, des fois que j'oublie ........

Je pense à Claudie, elle va recevoir le même, j'étais tentée de l'appeler à minuit... mais non, elle a de la route demain à faire...

C'est le genre de dates où on se dit : "l'année prochaine, peut être que..." et puis, l'année arrive et... rien... jamais rien.

Valence n'a rien donné, je n'ai pas le moral effectivement mais ça reviendra, il le faut.

Claudie est allée voir quelqu'1, quelqu'1 qui a des "dons", je n'y crois pas, mais je me disais "pourquoi pas?".

Qu'avait on à perdre?

L'espoir peut être...

Cette personne voit Jean François partie de l'hôpital... avec 1 mec... à l'étranger... mort depuis longtemps... du vide... de l'eau..., c'est tout ce que j'ai retenu...

Pour quelqu'1 qui 'y croit pas, j'ai été boulversée, comme si on m'annonçait officiellement sa mort.

Si elle avait dit "Jeff est en vie", je serais devenue croyante mais là, je la déteste bien sûr... et je ne crois pas à ses "dons"...

Comment ça je crois ce qui m'arrange?
Et bien oui!

Alors je me dis que je vais mettre en pratique la phrase que je rétorque aux gens, sur divers sujets, quand en s'excusant, ils commencent leur phrase en me disant :

- "Mais Jess, je croyais que...",

Je les coupe et répond:

- "MAIS DANS LA VIE, IL NE FAUT PAS CROIRE MAIS SAVOIR"

Je ne sais rien sur la disparition de Jean François, alors je cherche toujours à savoir...

1033591348.jpg

06/06/2008

Toujours aucun indice à Valence...

1744102930.jpg

 

4 tatoueurs à Valence...

Sur les 4, 2 adorables qui ont regardé les vidéos avec moi par téléphone.

Ils n'ont pas reconnu Jean François, ni les tatoos...

Et 2 qui ne répondent pas au tél...


Alors, je vais continuer à me creuser la tête pour trouver le moyen qui fera que tout le monde puisse connaitre le visage de Jean François.

Au niveau des affiches, la mobilisation est forte à Marseille grâce à Laurence qui a réquisitionné tous ses amis et voisins pour 1 campagne d'affichage.
Cette jeune femme, sa gentillesse, son intérêt, sa motivation, tout chez elle m'émeut beaucoup.

Valérie, à Lyon, a fait la triste expérience du désintérêt de la plupart de ses potes mais colle malgré tout des affiches où elle peut.
1 petite nana vraiment chou en tout cas...

Et bientôt Romain sur Paris s'y mettra.

Oui le compte est vite fait, 6 ans après pas évident, surtout sans médiatisation...

Alors certains se disent pourquoi si longtemps après?

La réponse est simple, je ne m'en mélais pas, la Police s'en occupait, du moins Claudie le croyait.

Elle croyait son fils recherché et inscrit au fichier des personnes disparues.

Mais l'enquête était close et Jean François n'a jamais été réellement recherché, mais ça, elle ne l'a appris que récemment, à cause de moi.

Alors, j'ai promis à ce petit bout de femme hyper courageuse que le net serait peut être son miracle, que je ne lacherais pas l'affaire et j'ai commencé à ouvrir les blogs....



Maintenant, j'ai épuisé toutes les solutions, j'ai envoyé des mails à toutes les émissions, contacté tous les journalistes possible et imaginable mais rien...

Il me reste les affiches et les blogs...

Mais quoi dire au fil des jours, quoi faire, je ne sais plus...

Je vais trouver, comme d'hab'... et croiser les doigts... encore...

05/06/2008

Aucun témoignage suite à l'appel à témoin...

Aucun témoignage n'a été apporté suite à l'appel à témoin relayé par les différents blogs...

Je dois reconnaitre que je ne m'étais pas préparé à cela, la perspective de retrouver Jean François était 1 si grande source de joie que j'avais zappé la réalité...

Saurais-je 1 jour si c'était lui? Mystère...

Claudie, sa maman se rendra tout de même à Valence ce week end, afin de coller des affiches et d'interroger les commerçants.

En attendant, je garde quand même espoir, le perdre serait admettre que Jean François n'est plus de ce monde et qu'un malheur lui est arrivé.


Pour être franche, cela m'a traversé l'esprit, dans la mesure où j'imagine mal Jeff vivre dans la rue, sans papier, sans rien, alors qu' 1 maison chaleureuse et sa maman l'attendent.
Mais cette éventualité m'amenerait à me poser encore d'autres questions plus douloureuses...

Questions pour questions, autant miser sur la confiance et l'espoir de le retrouver.

J'avais contacté, ce matin, France 3 région car, le 8 mai, ils avaient fait 1 reportage sur la disparition de Jean François.
Je pensais qu'ils pourraient éventuellement parler de l'appel à témoin et le diffuser, 1 peu comme 1 suite...
Je n'ai pas eu de réponse, je dois considérer que ça ne les a pas intéressé, tant pis, on fera sans.

1 fois de +, il ne me restera qu'internet pour essayer d'en savoir +...

Dans 3 jours, le jour où Claudie sera à Valence, Jean François aura 32 ans...

03/06/2008

Appel à tous les lecteurs de 20 mn habitant Valence et ses environs...

Il semblerait qu'un jeune homme ayant des similitudes physiques avec Jean François Delas que nous recherchons depuis + de 6 ans, se trouvait au Centre Ville de Valence le Samedi 31 Mai aux alentours de 18h.

Il n'y a aucune certitude que cette personne soit effectivement Jean François mais je vous demande de fouiller dans votre mémoire ou d'être attentif aux gens que vous pouvez croiser.

Cette personne portait des tatouages ressemblant à ceux de Jeff sur la jambe et le bras, il se peut qu'avec les années, il est complété les anciens ou qu'il en ait ajouté de nouveaux.

Jean François mesure environ 1.85m, il est brun et a les yeux marrons.

La personne aperçue portait des dreadlocks, avait 1 sac à dos et 1 bermuda (ce qui vous permettrait de voir ses tatoos)

Alors si vous croisez 1 jeune homme correspondant à cette personne, s'il vous plait esayez de le prendre en photo ou de lui parler.

Au mieux, contactez moi, toutes les infos sont sur la vidéo ci dessous où vous pourrez voir Jeff avant sa
disparition.

Il se peut qu'il ait perdu la mémoire ou qu'il ne soit + en mesure de savoir quoi que se soit...
Jean François avait été hospitalisé après avoir consommé des substances illicites...

Sachant qu'il n'a ni compte bancaire, ni papier, peut être vit il dans la rue ou dans des foyers.

Alors s'il vous plait, vous qui habitez Valence ou ses environs, soyez attentifs....

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu